Citations sur l'Humanisme

Voici quelques citations sur l'Humanisme, n'hésitez pas à en proposer d'autres !

Antiquité:

Protagoras (- 485-410 avant JC ) :« L'Homme est la mesure de toute chose.»


XVI°s :

Barthélemy Latomus (1485-1570): «Qui donc oserait douter qu’au milieu d’une telle floraison d’humanité et de culture spirituelle, notre siècle ne devienne le plus heureux de tous ?»


Joachim du Bellay (1522-1560): «Les arts et les sciences sont pour le présent entre les mains des Grecs et des Latins. Mais il se devrait faire à l’avenir qu’on pût parler de toute chose, par tout le monde et en toute langue.»

Michel de Montaigne, Essais : «Une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine. »

Montaigne, Esssais, I, 26 : « frotter et limer notre cervelle contre celle d’autrui ».

Montaigne, Essais, livre III, 2 : « Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition ».

Rabelais, Pantagruel : « Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.»

Rabelais, Pantagruel : « Je t’admoneste que tu emploies ta jeunesse à bien profiter et en études et en vertus […]Somme, que je voie un abîme de science »

Rabelais, Gargantua : « Maintenant toutes disciplines sont restituées, les langues instaurées ; grecque sans laquelle c'est honte qu'une personne se dise savant ; hébraïque, chaldaïque, latine… »

Maurice Scève, Microcosme livre II : « Grèce, la vertueuse, et fertile à merveille,/ Dont le monde n’avait ni n’aura sa pareille »

Erasme, Eloge de la folie : « L'homme ne naît pas homme, il le devient. »

Etienne Dolet, Le Second Enfer, Au très chrétien et très puissant Roi François : « Mon naturel  est d’apprendre toujours ; /Mais si ce vient que je passe aucuns jours/Sans rien apprendre en quelque lieu ou place,/ Incontinent il faut que je déplace »

Thomas Sébillet, Art poétique français, livre2, chap.12 : « L’antiquité […]de ses rudesses et âpretés nous ayant fait entrée aux polisseurs, doit être vénérée de nous comme notre mère et maîtresse ».

Pic de la Mirandole, Discours sur la dignité de l’homme : « Si nous ne t'avons donné, Adam, ni une place déterminée, ni un aspect qui te soit propre, ni aucun don particulier, c'est afin que la place, l'aspect, les dons que toi-même aurais souhaités, tu les aies et les possède selon ton vœu, à ton idée... Tu pourras dégénérer en formes inférieures, qui sont bestiales ; tu pourras, par décision de ton esprit, te régénerer en formes supérieures, qui sont divines. »

Jean Bodin : « Il n’est de richesse que d’homme »

 

Commentaires (2)

1. Gath 16/06/2016

Montaigne, Les Essais (Des Cannibales) : "Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage"

2. Delphe 21/01/2015

Montaigne, Les Essais : «Philosopher, c'est apprendre à mourir »

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau